Home » Afrique, Developpement, Headlines, Reportage d'Afrique »

ZAMBIE: Des craintes pour la santé après les inondations

    By Lloyd Himaambo

    LUSAKA, 14 avr (IPS) – Pendant que les fortes pluies diminuent, signifiant la fin de la saison pluvieuse, une épidémie de choléra est en train de balayer Lusaka, la capitale de la Zambie.

    L’organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a émis le 9 avril une alerte concernant une épidémie de choléra qui a balayé la ville.

    "Au cours (des six) dernières semaines, le nombre de cas de choléra a augmenté de façon spectaculaire, atteignant plus de 4.500, tandis que plus de 120 personnes ont perdu la vie", a déclaré Luc Arend, chef de mission pour MSF en Zambie."(Il y a environ deux semaines), nous avons connu le pic de l'épidémie avec un total de 1.054 cas admis. Ce nombre de cas de choléra est de loin le plus élevé enregistré au cours de la dernière décennie".La première réaction du gouvernement à l'épidémie a été de la nier. Même si les médias ont signalé une augmentation du nombre de décès dus au choléra en février, le ministère de la Santé insistait qu’il n'y avait pas d’épidémie.Environ 17 districts à travers le pays ont été touchés, mais Lusaka est le plus touché. La plupart des plus de trois millions d’habitants de Lusaka vivent dans ses 38 habitations informelles. Chaque année, ces bidonvilles souffrent d’épidémies de choléra puisque les pluies torrentielles remplissent rapidement les latrines à fosse et contaminent les puits avec des eaux d'égout brutes. De grands quartiers de la ville ne sont pas desservis par la municipalité, qui affirme que ce sont des habitations non planifiées.Même dans les zones où la municipalité a une présence, le système de drainage est bouché, les rendant vulnérables aux inondations après même une pluie relativement faible. Les places de marché sont crasseuses, avec des montagnes d'ordures empilées. Les toilettes publiques sont peu nombreuses et rares, et là où elles existent, elles sont dans un état déplorable.Les inondations de cette année – les pires depuis plusieurs décennies – viennent malgré de gros investissements dans la réparation du système de drainage de la ville au cours de l'année écoulée. Malgré les travaux de réparation, des milliers de personnes dans les banlieues très peuplées de la ville ont été déplacées.La Croix-Rouge zambienne reconnaît que la situation est mauvaise. Charles Mushitu, qui dirige la Croix-Rouge zambienne, affirme que son organisation a dû dresser plusieurs tentes dans un camp juste à l'extérieur de la ville. Le site est exploité conjointement par la Croix-Rouge et l’Unité de gestion et d'atténuation des catastrophes du gouvernement (DMMU) qui est en train de fournir des services de base tels que des repas à base du maïs et du chlore pour purifier l'eau à boire.Les autorités dans la capitale zambienne ont demandé à ceux qui ont reçu un abri temporaire de revenir dans leurs maisons, quand bien même dans bon nombre de cas, leurs maisons se sont effondrées et leurs moyens de subsistance ont été détruits.Esther Lungu est préoccupée par le retour à son domicile dans le quartier de Misisi. Lungu était parmi plusieurs familles installées dans le camp de la Croix-Rouge lorsqu’un barrage à proximité a débordé et que son enclos a été submergé.Elle et ses quatre enfants ont reçu une tente de la Croix-Rouge et elle affirme qu'elle a été relativement à l’aise."Je ne sais pas ce qui arrivera quand ils nous diront de quitter ce lieu", confie Lungu, qui n'est pas mariée et n'a aucun emploi formel. Avant la catastrophe, elle vendait des légumes au marché pour subvenir aux besoins de sa famille.Mais maintenant, elle s’inquiète puisqu’elle ne sait pas si la petite case qu’elle louait est toujours debout. Elle n'est pas non plus sûre qu'elle sera encore en mesure de récupérer son stand au marché lorsqu’elle retournera.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa