Home » Afrique, Developpement, Economie et Travail, Headlines, Reportage d'Afrique »

ZAMBIE: Des élections globalement pacifiques

    By Lwanga Mwilu et Ephraim Nsingo

    LUSAKA, 21 sep (IPS) – Seulement deux incidents violents, déclenchés par le démarrage tardif du vote et la suspicion de fraude électorale, ont été signalés pendant que les Zambiens allaient aux urnes pour élire un nouveau président et un gouvernement mardi.

    Les violences à l'échelle nationale attendues et redoutées par beaucoup ne se sont pas produites alors que les citoyens avaient passé la journée de lundi à faire de stock de produits de base.La 'Electoral Commission of Zambia' (Commission électorale de Zambie – ECZ) a rejeté les informations faisant état de fraude électorale et a prolongé la durée de vote dans tous les bureaux concernés par le démarrage tardif du scrutin.Dans une émission en direct sur la radio locale 'Q-FM', le directeur des relations publiques de la ECZ, Chris Akufuna, avait annoncé que tout le scrutin serait prolongé dans ces bureaux de vote.Certains bureaux de vote n'ont pas ouvert à 6 heures du matin comme prévu, puisque le matériel de vote n'avait pas été livré. A Kanyama et Lilanda East, à Lusaka la capitale, le démarrage tardif du scrutin a déclenché des violences. Lorsque les bulletins de vote ont été finalement livrés, certains électeurs en colère les ont déchirés et incendiés prétendant qu'ils ont été pré-estampillés en faveur d'un candidat donné.La situation dans ces deux régions a dégénéré lorsque certains citoyens sont devenus séditieux. Au bureau de vote de l'Ecole de base de Lilanda, dans l’enceinte de Lilanda, des véhicules ont été lapidés et un a été incendié.Au bureau de vote de Nakatindi dans l’enceinte de Kanyama, le vote n'avait commencé qu’autour de midi et des citoyens furieux se sont soulevés puisqu'ils soupçonnaient que les bulletins de vote ont été pré-estampillés et ils ont saccagé la zone de vote. Akufuna a qualifié ces violences de regrettables et a nié les insinuations selon lesquelles cette situation était due à un manque de préparation de la part de la commission."La ECZ était très bien préparée pour ces élections et la situation de la livraison tardive du matériel à Lusaka n’est que décevante… Nos instructions étaient que tout le matériel soit dans les bureaux de vote hier (19 septembre). En tant que commission, nous endosserons finalement la responsabilité de ces perturbations, mais nous avons essayé de notre mieux pour garantir le meilleur scénario", a-t-il indiqué.Des informations faisant état de bulletins pré-estampillés ont émergé dans différentes parties du pays, mais Akufuna a rejeté toutes ces allégations de fraude électorale."Ce n'est qu’une information. Cela ne tient pas parce que tous les bulletins de vote ont été inspectés physiquement et aucun n'a été pré-estampillé. Ces informations émanent probablement de gens qui nous souhaitent le mal. Oui, nous avons connu des défis et nous y faisons face, mais la fraude n'en fait pas partie", a souligné Akufuna.A l’approche de l'ouverture des bureaux de vote pour les élections tripartites en Zambie, les craintes des Zambiens sont devenues perceptibles lundi.Des dizaines de gens ont couru vers les supermarchés pour acheter des produits de base, craignant que la situation se détériore après les élections.

    "J'essaie simplement d'être du côté sûr, les gens laissent circuler toutes sortes de rumeurs sur ce qui peut arriver après les élections. J'ai acheté assez de nourriture pour ma famille pour les prochaines semaines, juste au cas où nous connaissons ce qui s’est passé au Zimbabwe (après les élections de 2008), où ils sont restés pendant plus d'un mois à attendre les résultats, et pendant ce temps, il y avait beaucoup de violences."Les écoles n'ont pas fermé, mais je n’emmènerai pas mes enfants à l'école tant que nous ne sommes pas sûrs que la situation s'est améliorée", a déclaré Kaywala Chibwe, l'un des nombreux acheteurs qui ont rempli leurs chariots dans un supermarché à Lusaka.Certains supermarchés avaient même eu du mal à fournir suffisamment de chariots à leurs clients.Pendant ce temps, la seule femme candidate à la présidentielle dans le pays, Edith Nawakwi du 'Forum for Democracy and Development' (Forum pour la démocratie et le développement), appelait à la paix en prélude au scrutin du mardi."Nous avons besoin de paix, nous avons besoin de stabilité et il faut que nos gens commencent à penser à la création de richesse au niveau des ménages", a souhaité Nawakwi."La Zambie est au cœur de l'Afrique australe. Tout ce qui va mal ici, pendant ou après les élections affectera nos frères et sœurs dans la région. Les Zambiens doivent savoir que dans la région, tout le monde est occupé avec un programme de développement; personne en Afrique australe ne veut commencer à faire face à une horde de réfugiés qui apparaissent à la suite d’un conflit postélectoral".

    Elle a dit qu'elle espère que sa participation aux élections a été un élément fédérateur pour les Zambiens. "Je prie pour que mes compagnes femmes zambiennes se rendent compte que les femmes ont un rôle beaucoup plus important à jouer dans cette élection et ce rôle est de maintenir la paix dans les foyers, dans les rues; nous devons prier et exhorter nos membres, nos enfants à ne pas s’impliquer dans des violences", a déclaré Nawakwi."Je souhaite qu’après les élections, les gens se comportent d'une manière qui garantira la paix et la stabilité pour tous les citoyens", a indiqué un candidat à la présidentielle, Dr Fred Mtesa, du parti 'Zambians for Empowerment and Development' (Les Zambiens pour l'autonomisation et le développement).Hakainde Hichilema, le candidat du 'United party for National Development' (Parti uni pour le développement national) à la présidentielle, a déclaré: "Nous avons fait un travail suffisant et le reste est pour le peuple de Zambie de décider de ce qu'il veut, du mode de vie qu'il souhaite. Nous avons passé le message".

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa