Home » Amerique Latine, Developpement, Environnement, Headlines, Reportage d'Afrique »

ZAMBIE: Une source d’eau rurale regorge de dangers et de maladies

    By Lewis Mwanangombe

    LUSAKA, 19 juin (IPS) – Bupe Bana-Victor a vécu toute sa vie dans le district de Mwense (province de Luapula), dans le nord de la Zambie. Et pour elle, parler de l'eau est synonyme du fleuve Luapula, qui se trouve à seulement 20 mètres de son village et serpente à travers toute la région avant de rejoindre le fleuve Lualaba – un affluent du puissant Congo, le deuxième plus grand fleuve d'Afrique.

    Dans le trésor des connaissances de cette femme de 45 ans, se trouvent des informations sur la nature compliquée de ce fleuve. Elle sait que dans les mois secs et de vaches maigres de mai à octobre, il se réduit à une simple bande.Mais lorsque les fortes pluies tombent en novembre, le fleuve récupère de façon spectaculaire et se gonfle comme un python bien nourri. En novembre, il sort de ses rives et se déverse sur les portes des maisons dans le village de Nkonde, où vit Bana-Victor.C'est un moment où les femmes du village peuvent puiser l'eau sale du fleuve en ouvrant littéralement leurs portes.

    Mais l’utilisation du fleuve comme une source d’approvisionnement en eau des ménages n'est pas un choix pour ceux qui vivent ici. C’est leur seule option parce que le village de Nkonde, comme la plupart des zones rurales de la Zambie, n'a pas accès à l'eau potable.Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) estime que près de 4,8 millions des 13 millions d'habitants du pays n'ont pas accès à l'eau potable. L'organisation note également que près de la moitié de la population du pays, environ 6,6 millions de personnes, n'ont pas accès à un assainissement adéquat.Toutefois, boire l'eau de rivière n'est pas une pratique sans risques. En effet, le fleuve Luapula est rempli de dangers et de maladies et est infesté de mouches noires, qui renferment un parasite appelé nématode ou ver rond. Lorsque ce parasite est transmis à un être humain, il cause la Cécité des rivières.Le fleuve Luapula abrite également des escargots qui provoquent la bilharziose, une maladie tropicale qui entraîne la démangeaison de la peau. D’autres symptômes comprennent la diarrhée, la fièvre, le vomissement et du sang dans l'urine.

    En tant que mère et grand-mère, Bana-Victor sait tout sur ces dangers. Mais elle avait espéré qu’après l’élection du Front patriotique (PF) au gouvernement en septembre 2011, son village aurait bientôt accès à l'eau potable.Au cours de la campagne électorale, le PF du président Michael Sata avait promis de fournir des pompes à main et des latrines communautaires à ceux qui en manquaient. Le parti a également promis que dans les 90 jours suivant l’entrée en fonction du nouveau gouvernement, les populations dans les zones rurales auraient accès à l'eau potable.Mais maintenant, près de neuf mois plus tard, Bana-Victor se demande si l'engagement de changer la vie des personnes vivant dans les zones rurales de la Zambie sera un jour concrétisé.Cependant, le professeur Nkandu Luo, ministre de la Gouvernance locale, de l'Education primaire et de la Protection de l'Environnement, est optimiste que son gouvernement transformera toujours ses promesses en réalité."L'accès inadéquat à l'eau potable et à l'assainissement de base doit être effectivement réglé si la Zambie veut améliorer la vie de son peuple", a-t-elle indiqué.Luo a déclaré à IPS que le gouvernement a affecté 360 millions de dollars qui seront utilisés pour fournir des sources améliorées d'eau et l'assainissement dans les zones urbaines et rurales à la fois pour cinq millions de personnes au cours des trois prochaines années. Le gouvernement espère éradiquer complètement l'utilisation des trous faits à la pelle (des puits peu profonds creusés dans le sol), sources, fleuves, ruisseaux et lacs comme des sources d'approvisionnement en eau potable.Environ 24 millions de dollars seront alloués aux provinces de Luapula et du Nord dans le cadre du Programme national d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural, qui fournit de l'eau potable et l'assainissement aux zones rurales.Victor Muyeba, un socio-économiste pour 'Devolution Trust Fund', une institution de financement qui reçoit des fonds du gouvernement pour faciliter l’installation des services d'approvisionnement durable en eau et d'assainissement, croit que les femmes zambiennes méritent une aide.

    "Vous ne pouvez pas obtenir la sécurité alimentaire sans avoir de l'eau potable. L'eau souillée affecte la santé de la population. Elle prive les femmes et les filles, qui fournissent l'eau potable à leurs ménages, du temps et de l'énergie qu’elles pourraient utiliser pour améliorer la sécurité alimentaire", a expliqué Muyeba.Mais il semble que le nouveau gouvernement soit sérieux au sujet de la fourniture de l'accès à l'eau potable pour tous. Dans son budget fiscal 2012, le gouvernement a alloué environ 30 millions de dollars pour la fourniture d'eau potable et l'assainissement."Environ 30 millions de dollars ont été fournis à titre de contribution du gouvernement au secteur de l'eau et l'assainissement, représentant une augmentation de 26,1 pour cent par rapport à l’allocation de 2011 accordée (par l'administration précédente). Ces fonds seront utilisés pour améliorer l'accès à l'eau potable dans des zones rurales et périurbaines", a indiqué le ministre des Finances et de la Planification nationale, Alexander Chikwanda, au parlement quand il présentait son budget national en novembre 2011.En attendant, Bana-Victor continuera de puiser de l'eau à boire dans le fleuve Luapula.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa