Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Environnement, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

ZIMBABWE: Des villageois deviennent 'des collecteurs d’eau'

    By Jeffrey Moyo

    HARARE, 29 avr (IPS) – Depuis ces 13 dernières années, Trynos Mbweku, le chef du district de Mwenezi, dans le sud du Zimbabwe, est obligé d’utiliser un chariot pour aller chercher de l'eau dans le seul puits artésien restant dans sa zone, qui se trouve à quelque 10 kilomètres de sa maison.

    Pour les villageois de ce district, qui se situe à environ 160 km au sud-ouest de Masvingo, la capitale de la province de Masvingo, la crise de l'eau semble n’avoir aucune fin en vue.

    "Nous avons été réduits à devenir des collecteurs d'eau à cause du dysfonctionnement de plusieurs puits artésiens qui sont tombés en panne il y a plus de 10 ans", a déclaré Mbweku à IPS.

    Des responsables du Conseil du district rural de Mwenezi, qui ont requis l'anonymat, ont indiqué à IPS que sur un total de 46 puits artésiens dans le district, 26 étaient tombés en panne et n'avaient pas été réparés au cours des 13 dernières années.

    Les habitants accusent le Fonds de développement du district (DDF, son sigle en anglais) et le Conseil du district rural de Mwenezi, qui sont responsables de la réparation et de l'entretien des puits artésiens.

    Mais les responsables du Conseil du district rural de Mwenezi ont indiqué que plus de 120.000 dollars étaient nécessaires pour les réparations, et que le DDF était sous-financé et ne pouvait pas fournir ce montant.

    Le Zimbabwe se remet toujours d'une crise économique. Entre 2003 et 2009, le pays avait l'un des pires taux d'hyperinflation au monde – d’année en année, l'inflation était annoncée jusqu’à atteindre 231 pour cent.

    Toutefois, des économistes dans cette nation d'Afrique australe attribuent l'aggravation des malheurs de l'eau dans cette nation au départ forcé des investisseurs agricoles au fort moment du programme de réforme agraire du pays, controversé et souvent violent, qui a commencé en 2000. Ce programme était une initiative gouvernementale qui a tenté de récupérer les terres auprès de 4.500 fermiers commerciaux blancs, et était mené par des anciens combattants mécontents.

    "La crise de l'eau est un problème national au Zimbabwe. Elle s'est aggravée après le programme de réforme agraire chaotique en 2000, qui a vu un ralentissement de l'économie du pays. Elle a entraîné la perte de recettes par le pays pour entretenir les puits artésiens communautaires lorsque des agriculteurs commerciaux productifs ont été expulsés de leurs fermes", a expliqué à IPS, Kingston Nyakurukwa, un économiste.

    Avec près de 70 pour cent de la population du Zimbabwe vivant dans des zones rurales, l'amélioration de l'accès à l'eau, l'assainissement et l'hygiène sont essentiels. Bien que le département britannique pour le Développement international ait financé en 2012 un programme d'eau, d'assainissement et d’hygiène en milieu rural de 50 millions de dollars, qui visait à profiter aux régions sujettes à la sécheresse, la plupart des zones rurales du Zimbabwe ont de difficulté à accéder à l'eau potable.

    "Nous sommes confrontés à des pénuries d'eau ici parce que plusieurs puits artésiens communautaires sont tombés en panne et sont hors d'usage depuis des années maintenant, du fait de la mauvaise économie du pays", a souligné à IPS, Dereck Siyaya, un agent agricole basé à Guruve, un district rural dans la province du Mashonaland central.

    Selon les chiffres d'un rapport publié en 2010 par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), intitulé "La Protection sociale sensible aux enfants au Zimbabwe", près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de 1,25 dollar par jour.

    Un haut responsable du ministère du Développement et de Gestion des Ressources en Eau a déclaré à IPS qu’environ 60 pour cent des pompes d’eau rurales, sur un total de près de 2.714, étaient tombées en panne.

    Environ 2,5 millions des 12,5 millions d'habitants du pays n'ont pas accès aux sources d'eau améliorées. Et des responsables du Bureau national des statistiques du Zimbabwe ont indiqué à IPS que 56 pour cent des gens n'ont pas accès aux installations sanitaires améliorées.

    "Ne pas agir par rapport à la crise de l'eau dans le pays verra le Zimbabwe en lutte au sujet du liquide précieux… nous devons nous engager pour un secteur de l'eau durable", a déclaré le ministre du Développement et de Gestion des Ressources en Eau, Samuel Sipepa Nkomo, lors d'un sommet de l'eau le 20 mars à Bulawayo, dans le sud du pays.

    Un haut responsable du gouvernement du ministère de l'Education, des Sports et de la Culture, a souligné à IPS que les écoliers en milieu rural étaient également touchés puisqu’ils investissaient beaucoup de temps à chercher de l'eau au lieu de suivre les cours.

    "La crise de l'eau dans les zones rurales a amené les écoliers à passer beaucoup de leur temps à chercher de l'eau pour leurs enseignants aux côtés des villageois ordinaires qui font aussi la chasse au précieux liquide", a jouté ce responsable.

    En 2009, le Zimbabwe a signé un accord avec l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, le Fonds mondial pour la nature, et l'Institut du développement de l'eau et de l'assainissement – Zimbabwe, pour réunir des fonds afin de fournir de l'eau potable à la population locale. Mais quatre ans plus tard, cet accord n’est pas encore mis en œuvre.

    Pour que le Zimbabwe atteigne les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d’accroître l'amélioration de l'accès aux sources d'eau, le pays a besoin d'un investissement de 400 millions de dollars par an, selon un rapport publié en 2010 par l’UNICEF. Il y a huit OMD qui ont été adoptés par tous les Etats membres de l’ONU en 2000 afin de réduire la pauvreté, les maladies et l'inégalité entre les sexes.

    Mais Hillary Jamela, une économiste indépendante, a affirmé à IPS: "Construire plus de barrages pour les communautés rurales ici ne ferait qu’affaiblir davantage l’économie déjà suffocante du pays".

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa