Home » Afrique, Developpement, Droits de L'Homme, Economie et Travail, Headlines, Politique, Reportage d'Afrique »

ZIMBABWE: En quête d’un avenir économique plus radieux

    By Jeffrey Moyo

    HARARE, 2 août (IPS) – Des analystes zimbabwéens affirment que ce sera historique si le président Robert Mugabe, qui dirige le pays depuis 33 ans, perd cette élection présidentielle au profit de son rival de longue date, le Premier ministre Morgan Tsvangirai, et abandonne le pouvoir.

    Un jour avant l'élection, Mugabe avait déclaré aux journalistes à 'State House' que s'il perdait, il reconnaîtrait sa défaite.

    Le 31 juillet, les Zimbabwéens à Harare, la capitale, se sont réveillés à minuit désireux de voter lors des élections générales. Dans la plupart des villes à travers le Zimbabwe, les électeurs ont commencé à faire la queue très tôt le matin, bravant le froid pour pouvoir voter.

    Beaucoup, comme Loveness Mbiza, 32 ans, une vendeuse de fruits et de légumes dans la banlieue à forte densité de Machipisa, à Harare, estiment que cette élection apportera un environnement économique amélioré.

    "J'ai vécu sous la surveillance constante de la police brutale du gouvernement de Mugabe qui m'a toujours chassée d'un point à un autre, m'accusant souvent de vendre mes marchandises aux points non indiqués dans la ville, mais sans me fournir des alternatives", a affirmé Mbiza à IPS.

    "Je me suis réveillée peu après minuit pour être dans la file d'attente ici afin que je puisse voter tôt et retourner à mes affaires de vente. Mon souhait est de voir mon vote respecté parce que je sais que la plupart des gens souffrent comme moi et souhaitent voir le président Mugabe mis à la porte à l’annonce des résultats", a ajouté Mbiza.

    Mais Claris Madhuku, une analyste politique et directrice de la Plateforme pour le développement de la jeunesse, un groupe de pression de la démocratie au Zimbabwe, a déclaré à IPS que les électeurs ne devraient pas placer toute leur confiance dans le nouvel ordre politique qui pourrait émerger après cette élection.

    "Il y a un enthousiasme excessif des électeurs et un optimisme élevé est en train d’être investi dans un gouvernement du MDC-T [Mouvement pour le changement démocratique-Tsvangirai] qui, selon eux, naîtra de ces élections. Mais ils devraient permettre à n’importe quel ordre de s'installer progressivement et de manœuvrer sa façon de sauver ce pays de sa longue crise économique", a indiqué Madhuku.

    Le Zimbabwe se remet toujours d'une crise économique, due en grande partie aux politiques controversées de Mugabe. Il y a eu également des allégations de corruption généralisée et de vol dans les caisses de l'Etat de la part de Mugabe et d'autres hauts responsables au sein de son parti.

    Entre 2003 et 2009, l'inflation d'année en année dans ce pays d'Afrique australe a été annoncée comme étant de 231 pour cent. Selon le Conseil des consommateurs du Zimbabwe, 85 entreprises ont fermé les portes à Harare en 2012 et plus de 100 ont cessé leurs activités à Bulawayo entre 2009 et 2013. Le chômage est élevé, la plupart des gens étant forcés de travailler dans le secteur informel.

    Analyste politique indépendant, Rashwit Mkundu, a affirmé qu'il prévoit que le pays deviendra une "puissance" économique sous la direction de Tsvangirai, s'il gagne cette élection.

    "Il y aura certainement une reprise économique rapide au Zimbabwe si Tsvangirai est annoncé vainqueur de cette élection. Le Zimbabwe émergera vite en tant que puissance économique du reste du continent africain, dépassant peut-être l'Afrique du Sud en termes de croissance économique", a affirmé Mkundu à IPS.

    Mugabe et certains caciques de son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe – Front patriotique (ZANU-PF), sont sous des sanctions économiques de la part des pays occidentaux pour leur violation des droits de l’Homme. Toutefois, en mars, l'Union européenne a suspendu la plupart de ses sanctions, bien que Mugabe et un certain nombre de ses compagnons restent sur la liste.

    Les analystes pensent que cette élection pourrait être la dernière course du leader de la ZANU-PF avant que Mugabe ne disparaisse de la scène politique, puisque qu’il aura 90 ans dans six mois.

    Le président du Conseil des agents sociaux du Zimbabwe, Philip Bohwasi, a indiqué à IPS que la victoire de Tsvangirai entraînerait une ruée des investisseurs vers le pays. Un certain nombre se sont retirés après que Mugabe a mis en œuvre la Loi 2007 sur l’indigénisation et l'autonomisation économique.

    Cette loi stipule que les entreprises appartenant aux étrangers sont tenus de vendre 51 pour cent de leurs actions aux nationaux afin de stimuler la croissance économique.

    "Tsvangirai a de très bonnes relations avec des pays développés d’où viennent la plupart des investisseurs. Sa victoire dans cette élection provoquera une ruée vers des opportunités d’investissement pour des investisseurs à l’étranger désireux de mettre leurs capitaux ici", a expliqué Bohwasi à IPS.

    Mais Masimba Kuchera, un analyste indépendant des médias à Harare, a déclaré à IPS que les gens ordinaires doivent faire attention pour ne pas placer leurs espoirs sur des politiques impulsives crayonnées dans les manifestes des partis politiques.

    "Oui, je sais que la plupart des gens qui ont voté lors de cette élection anticipent des changements drastiques de la part du MDC-T, qui, selon eux, aura une victoire écrasante à l’annonce des résultats des élections. Mais ce qui les a convaincus de se rallier massivement derrière le MDC-T, ce sont de simples politiques écrites dans le manifeste de campagne du parti, qui peut être un bout de papier exagéré conçu pour attirer des électeurs", a ajouté Kuchera.

    comment closed

    Tag Cloud

    Africa Centrale Asia/Pacifico Culture, Religion, Sport East Africa Education Energy Global Affairs Orient Peace and conflict Population, Refugies Science, Technologie Southern Africa Spécial Culture,Religion et Genre Travail West Africa